BLOG‎ > ‎

Portrait : une autre Belgitica

publié le 1 oct. 2013 à 07:05 par Julie Decoene   [ mis à jour : 1 oct. 2013 à 07:11 ]
La semaine dernière s'est ponctuée par la rencontre de Kristel, Belge en couple avec un tico, tout comme moi, mais avec dix ans de plus.

Arrivée à l'âge de 27 ans au Costa Rica pour y rejoindre Geovanny qu'elle y avait rencontré en vacances, elle s'est installée avec lui à Playa Naranjo, soit à 20 kilomètres d'ici. Et oui, ça fait beaucoup de points communs.

Une rencontre enrichissante car si nous vivons la même chose, Kristel a elle dix ans d'expérience dans sa vie costaricienne, et donc le recul et la sagesse qui accompagnent cette expérience.

Elle est arrivée au Costa Rica et y a investi dans un bar, où elle a travaillé environ cinq ans, avant de remettre l'affaire pour avoir son enfant, le petit Esteban qui a déjà 4 ans.

Elle souligne quelques différences culturelles entre la Belgique et le Costa Rica, notamment la place des femmes dans la société :

"Quand je dis que je suis maman, mes amis belges me demandent : oui, mais tu fais quoi comme métier ? Quand ils comprennent que je suis mère au foyer, ils sont atterrés. En Belgique, on a besoin d'un métier pour exister. Ici, on ne ressent pas ce besoin d'exister aux yeux de la société. Les mères restent à la maison pour élever leurs enfants car c'est dans l'ordre des choses. Le sens du devoir passe avant l'accomplissement personnel. Mais aussi, je pense qu'à l'heure actuelle il n'est plus possible de faire vivre une famille en Belgique avec un seul salaire, il faut que les deux parents travaillent. Nous avons de la chance au Costa Rica, je connais des familles de quatre ou cinq enfants qui vivent avec un seul salaire d'environ 275 000 colones (550 dollars) par mois."

Bruxelloise de souche, sa vie a complètement basculé quand elle a déménagé d'Etterbeek à Playa Naranjo, un hameau de quelques habitants, entre la forêt et la plage.

"Au début, cela m'a rempli, tout cet espace, cette vue magnifique, la nature... Après 10 ans, je ne regrette pas du tout, j'adore cet endroit mais je commence à m'ennuyer. Nous aimerions partir vers une plus grosse ville du Costa Rica, mais toujours à la plage, Tamarindo par exemple. Ou alors dans le Sud de la France car j'y ai de la famille. On verra où je peux trouver du travail, maintenant qu'Esteban va entrer à l'école. Par contre, je ne veux pas retourner vivre en Belgique." S'il y a quelque chose dont Kristel n'a pas peur, c'est bien du changement.

Invités chez Kristel et Geovanny, nous avons dégusté tous ensemble un délicieux barbecue, suivi d'un tres leches qu'elle cuisine comme une tica.

Et de conclure toutes les deux que "ça va, je ne suis pas la seule folle à venir vivre dans ce trou perdu !".