BLOG‎ > ‎

Interdiction de pêche

publié le 31 juil. 2013 à 14:23 par Julie Decoene   [ mis à jour : 31 juil. 2013 à 14:25 ]
Dans les îles du Golfe de Nicoya, et dans les villages qui bordent le Golfe, comme celui où nous habitons, une partie de la population vit de la pêche artisanale. Les pêcheurs sillonnent le Golfe avec leurs petites barques pour ramener des crevettes ou du bon poisson comme la corvina, ou enfilent leurs bottes pour la collecte de pianguas (coquillages) dans la mangrove. La pêche traditionnelle cohabite avec la pêche semi-industrielle et avec l'aquaculture.

Coucher de soleil à l'Isla de Chira (2)

Depuis le 1er juillet et ce jusque fin septembre, comme chaque année à la même époque, la pêche est interdite dans le Golfe afin de permettre la reproduction des espèces. En ce qui concerne la pêche artisanale, cette mesure touche environ 2 300 familles, qui reçoivent une aide de 140 000 CRC (280 USD) par mois en compensation de ne pas pouvoir exercer leur activité. A titre comparatif, le salaire minimum est d'environ 250 000 CRC (500 USD). Pendant ces trois mois, les gardes-côtes veillent à ce que l'interdiction soit respectée.

Concrètement, il est donc très difficile pour le moment de trouver du poisson. Je n'en ai pas mangé depuis le mois de juin. Il n'y a pas de poisson importé, qui se vendrait congelé au supermarché par exemple, comme j'avais l'habitude d'en trouver en Belgique. Le seul moyen d'acheter du poisson (en dehors de la période d'interdiction), c'est de se rendre chez un pêcheur, à sa maison. Durant l'interdiction, il y a toujours de la fraude, qui s'explique par la faible compensation financière accordée aux pêcheurs. Mais c'est illégal, et si on est un minimum écolo, on respecte l'interdiction en tant que consommateur... Il reste l'option du tilapia provenant de l'aquaculture, mais ça ne donne pas super envie, et il n'y en a pas tout près d'ici.

Il ne nous reste donc que des boîtes de thon en attendant le mois d'octobre. Heureusement, je vais bientôt en Belgique et je pourrai y faire le plein de poissons qu'on ne trouve pas ici et surtout savourer un bon moules-frites une fois.

A bientôt !